2020 : année noire pour le tourisme parisien

Le Comité Régional du Tourisme Paris Île-de-France a communiqué cette semaine les statistiques du tourisme pour 2020, une année placée presque entièrement sous le signe de la Covid-19 et, malheureusement sans surprise, la capitale française et sa région enregistrent une chute historique de leur activité touristique. 

Alors que l’année avait plutôt bien commencé au premier trimestre, l’épidémie de coronavirus a stoppé net l’arrivée des touristes à partir de la mi-mars et jusqu’au 11 mai, date à laquelle le premier confinement a été levé. Le comité du tourisme note ensuite une amélioration temporaire de la situation jusqu’à la fin de l’été, avec une clientèle française ou venant de pays proches comme l’Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas, l’Italie ou le Royaume-Uni. Mais à partir de fin octobre, le second confinement a mis un terme à cette courte embellie.

Dans le détail, la région a accueilli un total de 17,5 millions de touristes l’an dernier, soit 33,1 millions de moins qu’en 2019. Le nombre de visiteurs étrangers a chuté de façon vertigineuse : moins 78 % sur l’année soit 17,4 millions de touristes en moins, avec notamment la quasi-disparition de la clientèle américaine et asiatique. La clientèle française a un peu mieux résisté, enregistrant une baisse de 56 % avec 15,7 millions de touristes en moins.

Avec un nombre de nuitées en baisse de 68 %, les hôteliers ont été particulièrement touchés par cette crise, et ce d’autant plus que le tourisme d’affaires, qui peut représenter près de la moitié de leur activité, s’est lui aussi arrêté avec l’interdiction des salons internationaux. Les musées et monuments ont également beaucoup souffert avec, par exemple, des baisses supérieures à 70 % pour les visites au musée du Louvre et au domaine de Versailles.

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez un email à chaque nouvel article Parlons ビジネス (une fois par semaine).

Lexique : quasi-nom

« Le nombre de visiteurs étrangers a chuté de façon vertigineuse : moins 78 % sur l’année soit 17,4 millions de touristes en moins, avec notamment la quasi-disparition de la clientèle américaine et asiatique ».

« Quasi » ou « quasiment« , est un adverbe qui a le même sens que « presque« . Dans la phrase tirée de l’article, « la quasi-disparition de la clientèle américaine et asiatique » signifie donc que cette clientèle a presque entièrement disparu. 

En tant qu’adverbes « Quasi » ou « quasiment » peuvent naturellement être associés à un verbe ou à un adjectif. Comme par exemple :
La disparition des touristes étrangers à Paris a été quasi totale l’an dernier. 
Les touristes étrangers ont quasiment disparu de la capitale française en 2020. 

On ne peut pas directement associer « quasiment » à un nom, mais c’est possible de le faire en utilisant « quasi » suivi d’un tiret comme dans l’article : la quasi-disparition, la quasi-totalité, etc.

Grammaire : alors que (opposition)

« Alors que l’année avait plutôt bien commencé au premier trimestre, l’épidémie de coronavirus a stoppé net l’arrivée des touristes à partir de la mi-mars et jusqu’au 11 mai, date à laquelle le premier confinement a été levé ».

« Alors que » est une des conjonctions qui permettent de comparer deux affirmations en les opposant

Le phrase tirée de l’article présente bien deux idées opposées :
– l’année avait plutôt bien commencé au premier trimestre (= l’activité touristique est bonne)
– l’épidémie de coronavirus a stoppé net l’arrivée des touristes à partir de la mi-mars (= l’activité devient très mauvaise)

-> « alors que » permet donc de mettre en avant cette opposition entre les deux parties de la phrase. 

NB 1 : La conjonction « alors que » est suivie de verbes à l’indicatif, ici plus-que-parfait (avait bien commencé) et passé composé (a stoppé). 
NB 2 : quand on utilise « alors que« , les sujets des deux parties de la phrase doivent être différents. C’est bien le cas dans notre phrase d’exemple : le sujet de la première affirmation est « l’année », le sujet de la second affirmation est « l’arrivée des touristes ». 
NB 3: « alors que » peut aussi être utilisé pour indiquer deux actions qui ont lieu au même moment, sans les opposer. Par exemple :
« Alors que je faisais la queue au musée du Louvre, j’ai rencontré un ancien collègue de travail ». 

Photo : Gaimard (Pixabay)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

ARTICLES RECENTS