À l’image d’Ippudo Paris, les restaurants français se réorganisent

Au printemps, le premier confinement avait surpris beaucoup de monde et contraint de nombreux restaurateurs à fermer leur établissement. Depuis la mise en place du reconfinement début novembre, beaucoup de restaurants ont cette fois-ci décidé de continuer leur activité en comptant sur la vente à emporter et les livraisons.

Selon un sondage réalisé pour la société Just Eat, un des principaux acteurs de la livraison de repas en France et dans le monde, 39% des 280 propriétaires de restaurants interrogés proposent déjà la livraison de repas à leurs clients. La crise sanitaire a largement contribué au développement des livraisons : en effet 14% des restaurateurs ont commencé cette activité il y a moins de six mois seulement. Et la tendance s’accélère encore avec les dernières mesures : selon le journal Les Échos, les demandes de restaurants souhaitant collaborer avec Just Eat auraient augmenté de 30% ces dernières semaines.

La chaîne de restaurants japonais Ippudo fait partie des sociétés qui se sont récemment converties à la livraison de repas. La société, qui exploite trois restaurants de ramen à Paris a annoncé la semaine dernière la signature d’un partenariat avec la société de livraisons Deliveroo. Ippudo a même adapté sa carte pour l’occasion, en proposant des ramen chauds sans bouillon en exclusivité sur le site Deliveroo. Les ramen classiques avec bouillon ne sont pour l’instant proposés qu’en vente à emporter.

Fondé en 1985 à Hakata, arrondissement de Fukuoka célèbre pour ses ramen, Ippudo s’est développé à l’international dès 2008 avec l’ouverture d’un premier restaurant à New York. La société compte aujourd’hui plus de 50 restaurants dans onze pays, dont 8 en Europe répartis entre Londres et Paris. Les trois restaurants parisiens ont réalisé un chiffre d’affaires de 5,5 millions d’euros en 2019, pour un résultat d’exploitation de 580 000 euros.  

Lexique : se convertir à

« La chaîne de restaurants japonais Ippudo fait partie des sociétés qui se sont récemment converties à la livraison de repas ».

Le verbe pronominal « se convertir à » est d’abord associé au domaine religieux. Dans ce cas, il signifie changer de religion. Par exemple, une personne catholique se convertit à l’islam ou inversement. 

Mais ce verbe a un sens beaucoup plus général qui signifie changer d’avis sur quelque chose, adopter une idée qui n’était pas la sienne au départ

Ici, je suppose qu’Ippudo, et de nombreux restaurants, n’avaient pas forcément l’idée, ou même l’envie, de livrer des repas. Mais face à la situation de crise, ils ont changé d’avis et ont commencé à faire des livraisons. 

J’ai utilisé le verbe dans sa « version » pronominal (se convertir) mais on l’utilise aussi bien en mode transitif (convertir quelqu’un à quelque chose). Par exemple :
« Je n’étais pas favorable au télétravail, mais notre directeur des ressources humaines m’a finalement converti à cette idée ».  

Grammaire : leur ou leurs ? (adjectif possessif)

« Le premier confinement au printemps avait surpris beaucoup de monde et contraint de nombreux restaurateurs à fermer leur établissement ».

Les adjectifs possessifs (mon, ma, etc.) sont un point de grammaire de niveau débutant et ne posent donc pas de problèmes… en général ! Je précise « en général » parce que des étudiants de niveau intermédiaire ou avancé, et même des Français, font souvent la confusion entre « leur » et « leurs« . 

L’explication est simple : on utilise l’adjectif possessif « leur » devant un nom au singulier, et l’adjectif possessif « leurs » devant un nom au pluriel

Dans la phrase d’exemple, les restaurateurs ont (en général) un établissement (un restaurant). Dans ce cas-là, il est donc logique d’utiliser « leur ». 

Plus loin dans l’article, on trouve cette phrase : 
« 39% des 280 propriétaires de restaurants interrogés proposent déjà la livraison de repas à leurs clients« .

Les propriétaires de restaurant ont plusieurs clients, donc il est logique ici d’utiliser « leurs« . 

Attention : il ne faut pas confondre les adjectifs possessifs « leur » et « leurs » avec le pronom personnel « leur » qui remplace « ils » ou « elles » en position de complément d’objet indirect.
« J’ai dit aux restaurateurs de mettre en place la livraison des repas » -> « Je leur ai dit de mettre en place la livraison des repas »

Le pronom personnel « leur » est invariable (jamais de « s » à la fin).

Crédit photo : Norma Mortenson (Pexels)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

ARTICLES RECENTS

Pause de Pâques

Je fais une petite pause pour les vacances de Pâques. Rendez-vous la semaine prochaine pour une nouvelle publication. Photo :

CONTINUER »