C’est parti pour la 5G en France

2,786 milliards d’euros. C’est la somme que va encaisser le gouvernement pour l’attribution des fréquences 5G en France. Les enchères qui se sont terminées vendredi la semaine dernière n’auront duré que trois jours. L’État français, qui avait fixé un prix plancher de 2,17 milliards d’euros, et les quatre opérateurs de téléphonie mobile, qui acquièrent les fréquences à un prix raisonnable par rapport à d’autres pays, se félicitent de la réussite de l’opération.

Orange, le leader du marché français de l’internet mobile, repart avec la plus grosse part du gâteau, soit 90 Mhz de fréquence pour 854 millions d’euros. Mais les écarts avec ses concurrents restent assez faibles : SFR acquiert 80 Mhz tandis que Bouygues Télécom et Free obtiennent 70 Mhz chacun.

Le plus dur commence pour les opérateurs car ils vont devoir investir lourdement dans le développement du réseau. L’accord signé avec le gouvernement leur impose en effet la mise en place de plus de 20 000 antennes 5G d’ici 2025. Selon les spécialistes du secteur, les quatre sociétés vont tenter de faire remonter le prix des abonnements mobiles, parmi les plus bas en Europe.

Les premières offres « 5G » devraient donc être disponibles dès la fin de l’année dans les grandes villes françaises, malgré les craintes et l’opposition d’une certaine partie de la population. En septembre, 70 maires, dont beaucoup d’écologistes, avaient lancé un appel à la suspension du développement de la 5G jusqu’en 2021 et demandé un débat public sur le sujet. Emmanuel Macron avait rapidement balayé cette option en parlant de modèle « amish », en référence à la communauté religieuse américaine qui refuse le progrès

Lexique : un prix plancher

« L’État français, qui avait fixé un prix plancher de 2,17 milliards d’euros, et les quatre opérateurs de téléphonie mobile, qui acquièrent les fréquences à un prix raisonnable par rapport à d’autres pays comme l’Allemagne ou l’Italie, se félicitent de la réussite de l’opération ».

Simplifions cette phrase :
« L’État français avait fixé un prix plancher de 2,17 milliards d’euros ». 

Le plancher est la surface horizontale inférieure d’une pièce, par opposition au plafond qui en est la surface horizontale supérieure. L’expression « prix plancher » indique donc une limite inférieure. On pourrait donc aussi dire : « L’État français avait fixé un prix minimum de 2,17 milliards d’euros ». 

On utilise aussi la notion de « plafond » pour fixer une limite haute, le plus souvent avec le verbe « plafonner« . Par exemple : « Les fréquences 5G disponibles étaient limitées à 100 Ghz par opérateur  » ou « LÉtat français avait fixé un plafond de 100 Ghz par opérateur ». 

Attention : il n’y a pas de verbe correspondant au nom « plancher », on dit donc « fixer un prix plancher », « établir un prix plancher », « décider d’un prix plancher », etc. 

Autre expression intéressante avec « plancher » : « mettre le pied au plancher » signifie conduire très rapidement. En effet, si le pied sur l’accélérateur touche le plancher de la voiture, c’est qu’on va très vite !

 

Grammaire : d’ici + date (exprimer une limite de temps)

« L’accord signé avec le gouvernement leur impose en effet la mise en place de plus de 20 000 antennes 5G d’ici 2025″.

La construction « d’ici + date » sert à indiquer une date limite. C’est en fait un raccourci de l’expression « d’ici à + date« , aujourd’hui moins utilisée : « L’accord signé avec le gouvernement leur impose en effet la mise en place de plus de 20 000 antennes 5G d’ici à 2025″

Le mot « ici » signifie dans cette expression « maintenant ». Donc « d’ici à 2025 » signifie entre maintenant et 2025.

On peut également utiliser la construction « ‘d’ici (à) + nom/groupe nominal« . Par exemple : « Les opérateurs de téléphonie devront construire 5 000 antennes 5G d’ici la fin de l’année« .

« D’ici » peut être remplacé par « avant » dans les deux cas :
« L’accord signé avec le gouvernement leur impose en effet la mise en place de plus de 20 000 antennes 5G avant 2025″. (avant + date)
« Les opérateurs de téléphonie devront construire 5 000 antennes 5G avant la fin de l’année« . (avant + nom/groupe nominal) 

« D’ici à » et « avant » mettent l’accent sur la date limite, ou date butoir. Il y a une petite nuance avec la préposition « jusqu’à » qui met plus l’accent sur la durée entre « maintenant » et la date butoir. On peut exprimer la même idée avec « jusqu’à » mais il faudrait dans ce cas remanier la phrase. 

Par exemple : 
« Les opérateurs ont jusqu’à 2025 pour mettre en place 20 000 antennes 5G ». 

Crédit photo : Valentin Antonucci (Pexels)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

ARTICLES RECENTS

Pause de Pâques

Je fais une petite pause pour les vacances de Pâques. Rendez-vous la semaine prochaine pour une nouvelle publication. Photo :

CONTINUER »