Déficitaire, le Printemps ferme sept magasins

Le groupe Printemps, qui exploite les magasins Printemps et la chaîne de boutiques « lifestyle » Citadium, a annoncé mardi la fermeture de sept de ses magasins dans le cadre d’un plan de relance de son activité. Un peu plus de 400 emplois, soit plus de 10% des effectifs du groupe, seront supprimés d’ici à 2022. Dans le détail, le groupe va fermer quatre de ses dix-neuf magasins Printemps (à Paris Porte d’Italie, Metz, Strasbourg et au Havre), et trois boutiques Citadium sur huit (à Paris Champs-Élysées et Nation, et à Toulon).

Selon la société, l’objectif de ces mesures est double : « arrêter les pertes » et engager une transformation de son modèle économique. En parallèle des fermetures de magasins, le Printemps a donc également annoncé son intention d’investir 40 millions d’euros par an sur trois ans, en particulier dans le développement internet.

D’après un représentant du Printemps cité par Le Monde, le chiffre d’affaires du groupe aurait baissé de 17% sur les cinq dernières années. Les raisons de ce déclin sont multiples. Le groupe souffre d’abord des difficultés structurelles du marché de l’habillement en France dont la valeur a baissé d’environ 15% depuis 2010. Ensuite, des crises conjoncturelles liées au terrorisme et aux nombreuses manifestations dans les centres-villes, parfois violentes, ont également pénalisé l’activité des magasins. Enfin, le Printemps, comme c’est aussi le cas pour les grands magasins au Japon et ailleurs dans le monde, paie sa forte dépendance à la clientèle touristique au moment où la crise du coronavirus a fermé les frontières.

Fondé en 1865, le groupe Printemps appartient depuis 2013 à un fonds d’investissement du Qatar. D’après le communiqué de presse, la société accueille 70 millions de visiteurs chaque année dans ses points de vente, dont 20 millions au célèbre magasin parisien du boulevard Haussmann.

Lexique : payer

« Enfin, le Printemps, comme c’est aussi le cas pour les grands magasins au Japon et ailleurs dans le monde, paye sa forte dépendance à la clientèle touristique au moment où la crise du coronavirus a fermé les frontières ».

La plupart du temps, le verbe « payer » signifie dépenser une somme d’argent pour acquérir quelque chose (un bien ou un service). 

Dans la phrase tirée de l’article, le sens de « payer » est un peu différent. Il signifie ici subir les conséquences négatives de ses propres actions ou d’une situation plus ou moins subie

Voici d’autres exemples de l’utilisation du verbe « payer » avec ce sens un peu particulier :
« La société paie son manque d’investissements dans des produits innovants ». 
« Il aurait dû travailler plus sérieusement . Il paie aujourd’hui son manque de motivation ».
« Trop loin de la gare, son commerce a fait faillite. Il paie son mauvais emplacement »

 

Grammaire : d’abord… ensuite… enfin (articulateurs du discours)

« Le groupe souffre d’abord des difficultés structurelles du marché de l’habillement en France dont la valeur a baissé d’environ 15% depuis 2010. Ensuite, des crises conjoncturelles liées au terrorisme et aux nombreuses manifestations dans les centres-villes, parfois violentes, ont également pénalisé l’activité des magasins. Enfin, le Printemps, comme c’est aussi le cas pour les grands magasins au Japon et ailleurs dans le monde, paye sa forte dépendance à la clientèle touristique au moment où la crise du coronavirus a fermé les frontières ».

En grammaire, on dit que « D’abord », « ensuite » et « enfin » sont des articulateurs du discours. Ils servent donc… à articuler le discours, c’est-à-dire à relier les différentes parties du discours entre elles.

 

Les articulateurs ne présentent pas de difficulté grammaticale particulière mais on les oublie souvent. Il sont pourtant très utiles pour présenter une argumentation, en particulier quand elle est longue comme ici dans l’article. Ils apportent du rythme, mettent en relation les différents arguments et, plus généralement, rendent la compréhension plus facile. 

Dans la phrase qui précède, j’annonce que « les raisons du déclin sont multiples ». Je vais donc ensuite faire une énumération, c’est à dire faire une liste des principales raisons de ce déclin. « D’abord » me permet de présenter la première raison, « ensuite » la deuxième raison et « enfin » la troisième et dernière raison. 

Il y a de nombreux articulateurs du discours en français. Ils ont de nombreuses fonctions : énumérer, comparer, opposer, expliquer, argumenter, etc. 

Citons-en quelques uns : et, ou, mais, donc, car, pourtant, cependant, d’une part / d’autre part, d’ailleurs, etc.

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

ARTICLES RECENTS

Pause de Pâques

Je fais une petite pause pour les vacances de Pâques. Rendez-vous la semaine prochaine pour une nouvelle publication. Photo :

CONTINUER »