Les Français payent moins de 7 % de leurs dépenses de santé… directement

Selon le rapport annuel du Ministère de la Santé publié cette semaine, les dépenses de santé ont augmenté de 2.1 % en France l’année dernière pour atteindre un montant total de 208 milliards d’euros.

Cependant, en pourcentage de la dépense totale, les Français dépensent de moins en moins pour leur santé de façon directe. En effet, le « reste à charge » des dépenses de santé est tombé à 6.9 % en 2019. Sur une dépense annuelle de 3 102 euros par habitant en moyenne, les Français paient 213 euros de leur poche. Les dépenses de santé sont donc majoritairement prises en charge par la Sécurité Sociale (78,2%) et les mutuelles (13,4%).

Le « reste à charge » des dépenses de santé des Français diminue régulièrement puisqu’il était de 9.2 % en 2009. Cette tendance s’explique par le vieillissement de la population française et la prise en charge à 100 % par la Sécurité Sociale des soins pour les maladies graves, comme les cancers ou le diabète par exemple.

Selon les chiffres de l’OCDE, la France consacre 11,2% du Produit Intérieur Brut à son système de santé en général (soins, prévention, fonctionnement), soit 1,4 point de plus que la moyenne en Europe.

Le Japon se situe très légèrement en dessous de la France, dépensant 10,9% de son PIB pour son système de santé. En 2018, 13% des dépenses de santé sont restés à la charge des Japonais tandis que la sécurité sociale du pays couvrait près de 84% de l’ensemble des dépenses. La part des mutuelles était inférieure à 5%.

Lexique : Le reste à charge / prendre en charge

Le mot « charge » signifie d’abord « le poids ». Une charge de 10 kilos = un poids de 10 kilos. Mais il a d’autres sens, liés à cette idée de poids, par exemple « une responsabilité » ou « une dépense ». Dans cet article, il prend le sens de « dépenses » ou « coûts ».

Par exemple : une personne dépense 100 euros pour des soins médicaux. La Sécurité Sociale va lui rembourser 60 euros et sa mutuelle (assurance santé personnelle) va lui rembourser 30 euros. Au final, la personne devra payer 10 euros de sa poche. On dit alors que son reste à charge est de 10 euros.

Le verbe « prendre en charge » signifie de façon générale s’occuper de quelque chose ou prendre la responsabilité de quelque chose. Par extension,  « prendre en charge » prend aussi souvent le sens de « payer les frais », « couvrir les dépenses ».

On peut résumer l’exemple précédent ainsi :
La Sécurité Sociale prend en charge 60 % de la dépense. La mutuelle prend en charge 30% de la dépense. Le reste à charge pour la personne est de 10% (aussi : Il reste 10% à la charge de la personne).

Grammaire : de moins en moins / de plus en plus :

Les Français dépensent de moins en moins pour leur santé de façon directe.

On utilise « de moins en moins » et son contraire « de plus en plus » après un verbe pour décrire une baisse ou une hausse continue et faire une comparaison dans la durée.

Dans cet exemple, les Français ont dépensé moins en 2019 qu’en 2018. En 2018, ils avaient déjà dépensé moins qu’en 2017. En 2017 aussi, ils avaient dépensé moins qu’en 2016, etc…

On peut exprimer la même idée en utilisant aussi les expressions « toujours moins » ou « toujours plus » :
Les Français dépensent toujours moins pour leur santé de façon directe. 
La Sécurité Sociale dépense toujours plus pour la santé des Français. 

On utilise aussi les expressions « de moins en moins » , « de plus en plus » avec des adjectifs ou des adverbes

Par exemple :
Le reste à charge des Français en matière de santé est de plus en plus bas. (adjectif)
Les Français vivent de plus en plus longtemps. (adverbe)

Après un nom en Complément d’Objet Direct, on rajoute « de » à « de plus en plus » ou « de moins en moins ». 

Par exemple :
Les Français dépensent d
e moins en moins d’argent. 
La Sécurité Sociale rembourse 
de plus en plus de maladies graves à 100 %

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

ARTICLES RECENTS

Pause de Pâques

Je fais une petite pause pour les vacances de Pâques. Rendez-vous la semaine prochaine pour une nouvelle publication. Photo :

CONTINUER »