Moins de Beaujolais nouveau cette année, même au Japon

En raison de la crise du coronavirus, les producteurs de Beaujolais nouveau avaient anticipé une baisse de la consommation et décidé de limiter leur production à 125 000 hectolitres cette année, contre 160 000 en 2019. 

Néanmoins, ils vont devoir trouver des solutions pour écouler leurs stocks avant la fin de l’année car, contrairement à beaucoup de vins, le Beaujolais nouveau a une vie commerciale très courte. Mis en vente le troisième jeudi de novembre chaque année, il ne s’en vend pratiquement plus dès le 1er janvier de l’année suivante.

Les supermarchés et hypermarchés, autorisés à ouvrir malgré le confinement, représentent près de 60% des ventes de Beaujolais nouveau en France mais ils ont moins commandé que d’habitude cette année. Plus grave : les 40% restants sont vendus en circuit traditionnel, c’est à dire dans les bars, restaurants et cavistes actuellement fermés. Différentes initiatives ont été lancées par les producteurs et grossistes pour trouver d’autres circuits de distribution, à l’image de Metro qui, selon Les Échos, va tenter de vendre 500 000 bouteilles dans les boucheries et les charcuteries.

Les ventes à l’international, qui représentaient 45% du volume l’an dernier, devraient également baisser. Ainsi, le Japon, première destination au monde pour les exportations de Beaujolais nouveau, a réduit ses commandes de 25% cette année. 

Même si les importations japonaises ont tendance à baisser depuis une quinzaine d’années, le pays reste le plus gros consommateur de Beaujolais nouveau à l’export, et de loin. En 2019, les Japonais en ont acheté 5 millions de bouteilles, ce qui représente un peu moins de la moitié des bouteilles achetées en France, et la moitié du total des exportations. Le deuxième marché à l’export est les États-Unis, avec 1,7 millions de bouteilles seulement.

Lexique : écouler ses stocks

« Néanmoins, ils vont devoir trouver des solutions pour écouler leurs stocks avant la fin de l’année car, contrairement à beaucoup de vins, le Beaujolais nouveau a une vie commerciale très courte ».

Le verbe pronominal « s’écouler » signifie d’abord qu’une chose, en général un liquide, quitte un emplacement en allant généralement vers le bas. Par exemple : le vin s’écoule doucement de la bouteille. 

Le verbe transitif « écouler » est donc l’action de vider quelque chose, en général jusqu’à ce que cette chose disparaisse. Donc, « écouler ses stocks » signifie vendre la totalité de ses stocks

Il y a trois idées souvent associées à l’expression « écouler ses stocks » :
1. le stock est très ou même trop important
2. les produits vont être vendus à un prix plus bas que le prix normal pour accélérer la vente
3. les produits ne seront plus disponible après l’écoulement du stock

L’expression « écouler ses stocks » est très proche de l’expression « liquider ses stocks » avec une petite nuance : quand on parle de « liquider ses stocks« , le sentiment d’urgence est plus important. 

Par exemple, quand un magasin doit fermer (liquidation judiciaire), on voit souvent des affiches qui indiquent : « Liquidation des stocks avant fermeture. Tout doit disparaître ! ».

Grammaire : même si (concession)

« Même si les importations japonaises ont tendance à baisser depuis une quinzaine d’années, le pays reste le plus gros consommateur de Beaujolais nouveau à l’export, et de loin ».

 « Même si » est une conjonction qui permet d’exprimer la concession, c’est-à-dire de présenter deux faits apparemment contraires. Dans le cas de l’article, on a :
1. un fait négatif -> les importations baissent depuis quinze ans
2. un fait positif -> le pays reste le plus gros importateur de Beaujolais nouveau

Il y a donc une contradiction apparente entre ces deux faits, et « même si » permet de souligner cette contradiction. Après « même si », on utilise un temps de l’indicatif (ici « ont » = présent de l’indicatif), contrairement à l’utilisation de « bien que » qui est suivie d’un subjonctif :
« Bien que les importations japonaises aient tendance à baisser depuis une quinzaine d’années, le pays reste le plus gros consommateur de Beaujolais nouveau à l’export, et de loin ». (« aient » = subjonctif présent)

Il y a de nombreuses autres manières d’exprimer la concession en français. On peut citer par exemple :
« Alors que les importations japonaises ont tendance à baisser depuis une quinzaine d’années, le pays reste le plus gros consommateur de Beaujolais nouveau à l’export, et de loin ».
« Malgré la baisse de ses importations depuis une quinzaine d’années, le pays reste le plus gros consommateur de Beaujolais nouveau à l’export, et de loin ». 
« En dépit de la baisse de ses importations depuis une quinzaine d’années, le pays reste le plus gros consommateur de Beaujolais nouveau à l’export, et de loin ». (langage formel)
« Les importations japonaises ont tendance à baisser depuis une quinzaine d’années, mais le pays reste le plus gros consommateur de Beaujolais nouveau à l’export, et de loin ».
« Les importations japonaises ont tendance à baisser depuis une quinzaine d’années.
Cependant/Néanmoins le pays reste le plus gros consommateur de Beaujolais nouveau à l’export, et de loin ».

Photo : Inter Beaujolais.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

ARTICLES RECENTS

Pause de Pâques

Je fais une petite pause pour les vacances de Pâques. Rendez-vous la semaine prochaine pour une nouvelle publication. Photo :

CONTINUER »