Nintendo porté par Animal Crossing et la crise du coronavirus

La crise sanitaire du coronavirus ne fait pas que des malheureux. Tandis que des secteurs entiers voient leurs ventes s’effondrer, l’industrie du divertissement « à la maison » profite largement des mesures de confinement imposées dans de nombreuses régions. C’est le cas par exemple de Netflix, qui a gagné près de 30 millions d’abonnés au premier semestre 2020, mais aussi de l’industrie des jeux vidéo.

Nintendo, un des poids lourds du marché vient en effet d’annoncer un bénéfice net semestriel de 213 milliards de yen, soit une hausse de 244% par rapport à la même période l’an dernier. Dans le même temps, le chiffre d’affaires du groupe a augmenté de 73% pour atteindre 770 milliards de yen, avec des hausses en volume de 68% pour les ventes de console et de 71% pour les jeux.

En détail, Nintendo a vendu 8 millions de consoles Switch sur le semestre et prévoit d’en vendre 16 millions de plus d’ici la fin de son année fiscale. Les ventes totales depuis son lancement en 2017 atteindraient ainsi 80 millions d’unités, ce qui ferait de la Switch une des dix consoles les plus vendues de tous les temps. Sur les six derniers mois, les ventes de consoles ont été particulièrement dynamiques en Europe (+76%) alors que le Japon et les États-Unis progressaient de 40% environ.

Les résultats du groupe bénéficient aussi pleinement de l’effet « Animal Crossing », un des jeux les plus populaires du moment. Sorti au mois de mars cette année, Animal Crossing s’est en effet déjà vendu à plus de 26 millions d’exemplaires dans le monde.

L’annonce de ces excellents résultats intervient quelques jours seulement avant le lancement des nouvelles consoles Sony et Microsoft. Il sera intéressant d’observer dans les prochains mois, et en particulier au moment de Noël, comment les positions vont évoluer sur ce marché très concurrentiel.

Lexique : un poids lourd

« Nintendo, un des poids lourds du marché vient en effet d’annoncer un bénéfice net semestriel de 213 milliards de yen, soit une hausse de 244% par rapport à la même période l’an dernier ».

En français et au sens propre, un poids lourd peut désigner :
1. un gros camion. Par opposition aux autres types de véhicule comme les voitures notamment. Par exemple : 
« La circulation des poids lourds est interdite entre 10 h et 18h le dimanche »
2. un boxeur de plus de 90.719 kilos. Les différentes catégories de boxeurs dépendent du poids des athlètes. La catégorie la plus élevée est la catégorie des poids lourds. Par exemple :
« Mohammed Ali a été plusieurs fois champion du monde des poids lourds« .

Au sens figuré, comme dans la phrase tirée de l’article, un poids lourd est une personne (ou une organisation, entreprise, etc.) qui occupe une position forte dans son secteur d’activité. Quand j’écris que Nintendo est un poids lourd du marché des jeux vidéo, je veux dire que la société est un des leaders de ce marché, qu’elle a une part de marché importante. 

Attention : on n’utilise pas vraiment l’expression « poids léger » pour parler d’une personne ou d’une société peu importante dans son secteur d’activité. 

Grammaire : ne…que… (restriction)

« La crise sanitaire du coronavirus ne fait pas que des malheureux ».

La construction « ne…que... » est une forme de négation particulière qui sert à exprimer la restriction. Elle prend le sens de « seulement«  et on peut exprimer la même idée en remplaçant « que » par « seulement » : 
« La crise sanitaire du coronavirus ne fait pas seulement des malheureux ». 

Quand j’écris « La crise sanitaire du coronavirus ne fait pas que des malheureux » ou « La crise sanitaire ne fait pas seulement des malheureux », je veux donc dire que la crise du coronavirus fait des malheureux mais aussi des heureux. 

Si je veux dire le contraire, c’est à dire que la crise fait seulement des malheureux, il faut enlever le mot « pas » et écrire :
« La crise sanitaire du coronavirus ne fait que des malheureux » .

Quand on utilise cette construction, il faut placer « ne » avant le verbe et « que » avant la partie de la phrase sur laquelle porte la restriction (ici le mot « malheureux »). Cette partie peut aussi être un verbe ou un groupe verbal. Par exemple : 
« Cette société n’innove pas beaucoup. Elle ne fait que copier les produits de ses concurrents« . 

Crédit photo : Lisa Fotios (Pexels)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

ARTICLES RECENTS

Pause de Pâques

Je fais une petite pause pour les vacances de Pâques. Rendez-vous la semaine prochaine pour une nouvelle publication. Photo :

CONTINUER »