Reconfinement : le gouvernement révise la liste des produits autorisés à la vente

Après une vague de protestations des petits commerçants, le gouvernement français a été contraint de corriger les règles d’activité des commerces pour la nouvelle période de confinement. Au départ, les règles étaient simples : seuls les commerces essentiels pourront ouvrir leurs portes. Parmi les commerces considérés comme essentiels, la liste incluait évidemment les commerces vendant des produits d’alimentation et de santé. Mais, comme le télétravail est très fortement encouragé, le gouvernement avait également autorisé la vente de produits informatiques.

La chaîne de magasins Fnac Darty, un des leaders sur ce marché a donc été autorisée à ouvrir. Mais la Fnac Darty est aussi un très gros vendeur de produits culturels, et en particulier de livres. La révolte est donc partie des libraires indépendants, obligés de fermer leur magasin, qui ont dénoncé une inégalité de traitement et demandé l’autorisation de poursuivre eux aussi leur activité.

Le gouvernement a finalement préféré interdire la vente de livres dans tous les commerces, décidant ensuite de revoir l’ensemble des produits autorisés à la vente pour la grande distribution et ses supermarchés dont l’offre est très large. La liste a été mise à jour mardi dernier et la grande distribution est maintenant autorisée à vendre des produits dans les catégories suivantes : alimentation, hygiène et puériculture mais aussi entretien de la maison, journaux et papeterie et petit bricolage.

Il n’est pas certain que ces nouvelles mesures suffisent à calmer les protestations. Beaucoup de petits commerces, mais aussi certaines enseignes de grande distribution peu présentes sur internet, reprochent au gouvernement de favoriser le e-commerce. Le géant américain Amazon, largement leader du commerce en ligne en France avec une part de marché estimée à plus 20%, fait l’objet de nombreuses critiques en raison de sa politique d’optimisation fiscale.

Le gouvernement a annoncé qu’il ferait un nouveau point sur la situation dans quinze jours.

Lexique : l’optimisation fiscale

« Le géant américain Amazon, largement leader du commerce en ligne en France avec une part de marché estimée à plus 20%, fait l’objet de nombreuses critiques en raison de sa politique d’optimisation fiscale ».

Le mot « optimisation » vient du verbe « optimiser » qui signifie « créer les conditions pour que quelque chose (un système, une entreprise, une action, etc.) produise le meilleur résultat possible ». Par exemple : 
« Nous avons optimisé nos méthodes de production, ce qui nous a permis d’augmenter de 10% notre productivité ». 

Quand on parle d’optimisation fiscale d’une entreprise, on parle donc de l’ensemble des actions mises en place par cette entreprise pour optimiser sa fiscalité, c’est à dire payer le moins d’impôts possible. Dans certains cas, cela revient à déclarer les revenus de l’activité d’un pays dans un autre pays où les impôts sont moins élevés. 

Attention : l’optimisation fiscale n’est pas une pratique illégale. La fraude fiscale, par contreest une activité illégale qui consiste le plus souvent à cacher et donc à ne pas déclarer certains revenus. 

 

Lexique : seuls les commerces … (seul utilisé comme un adverbe pour exprimer une restriction)

« Au départ, les règles étaient simples : seuls les commerces « essentiels » pourront ouvrir leurs portes ».

Avec cette phrase, je veux dire qu’il n’y a que les commerces essentiels qui pourront ouvrir leurs portes. Aucun autre commerce ne pourra ouvrir ses portes. Cette construction avec le mot « seuls » me permet d’exprimer cette restriction

Le mot « seul » est d’abord un adjectif qui signifie « sans être accompagné d’autres personnes » quand on parle d’une personne (« il travaille toujours seul »), ou plus généralement « quelque chose d’unique » (« c’est la seule entreprise qui fait ce type de produit »). Comme tous les adjectifs, « seul » s’accorde en genre (féminin/masculin) et en nombre (singulier/pluriel) avec le nom qu’il qualifie. 

Mais, comme certains autres adjectifs (fort, bon, chaud, …), « seul » peut aussi être utilisé comme un adverbe et il prend dans ces cas-là le sens de « seulement« . Dans l’article, il était aussi possible d’écrire la même phrase en utilisant « seulement » comme ceci :
« Au départ, les règles étaient simples : seulement les commerces essentiels pourront ouvrir leurs portes ». 

Attention : contrairement aux adjectifs, les adverbes sont invariables. Mais, dans cette situation où on utilise l’adjectif « seul » comme un adverbe, on fait une exception. On doit donc accorder « seul » en genre et et nombre. Par exemple : 
« 
Seuls les sites de e-commerce pourront vendre des livres ».
« 
Seules les petites boutiques devront fermer leurs portes ».
« 
Seule la grande distribution sera autorisée à vendre des produits d’hygiène ».
« 
Seul le gouvernement pourra décider de changer la liste des produits autorisés ».

Crédit photo : Oleg Magni (Pexels)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

ARTICLES RECENTS

Pause de Pâques

Je fais une petite pause pour les vacances de Pâques. Rendez-vous la semaine prochaine pour une nouvelle publication. Photo :

CONTINUER »